TOP 20 DES VOITURES DES FILMS « THE FAST AND THE FURIOUS

voiture film fast and furious

Aimez-les ou détestez-les, les films de la franchise « The Fast and the Furious » tiennent leurs promesses : de l’action gratuite et beaucoup de voitures. Les intrigues ne vous tiendront peut-être pas en haleine, mais chaque film semble surpasser le dernier en termes de cascades physiques et de la rareté et de la qualité de la tôle à l’écran.

Avec des centaines de voitures présentées au fil des ans, il est difficile de n’en choisir qu’une poignée. Néanmoins, voici notre top 20 des voitures des six premiers films Fast and Furious.

DODGE CHARGER 1970

À la fin du premier film, Dominic Toretto (Vin Diesel) fait la course avec Brian O’Conner (Paul Walker) dans la Dodge Charger 1970 de son père, qui aurait 900 chevaux. Après avoir manqué de justesse d’être heurté par un train de marchandises, lA Charger heurte un camion et saute dans les airs. Bien qu’il semble que les jours de course de la Dodge soient révolus, la voiture revient pour les films 4 et 5 pour faire sortir Toretto d’un bus de transport de la prison.

NISSAN SKYLINE R34 GT-R

Début 2003, Brian O’Conner conduit une Nissan Skyline GT-R R34 de la génération R34, la « 2 Fast 2 Furious ». Il s’engage dans une course de rue à quatre, où il saute d’un pont sur un coupé biturbo à quatre roues motrices avant de se faire écraser par les flics. La R34 revient dans le quatrième épisode, bien qu’il ne soit pas clair si O’Conner a installé un moteur « Gallo 12 » ou « Gallo 24 » cette fois-ci.

MITSUBISHI ECLIPSE

Non, la Mitsubishi Eclipse vert vif du premier film n’a pas bien vieilli. Mais malgré les graphiques collants, le kit de carrosserie et l’éclairage néon sous la carrosserie, la voiture est devenue l’une des plus emblématiques de la série. Bien qu’il n’ait jamais été clairement établi quel modèle est présenté dans le film, la deuxième génération de l’Eclipse GSX était équipée de série d’un moteur turbo de 210 chevaux à quatre cylindres en ligne de 2,0 litres et à traction intégrale. L’avertissement de « danger pour le collecteur » et le bac de plancher escamotable ne l’ont toutefois pas fait.

ACURA NSX

L’Acura NSX originale a fait des apparitions dans plusieurs films de la série, mais c’est surtout dans les films 4 et 5 qu’elle a été mise en valeur. Mia Toretto (Jordana Brewster) conduit un modèle récent NSX-T noir avec des pièces du marché japonais NSX-R. Le temps d’affichage total de la voiture de sport à moteur central est bref, mais sa présence est la bienvenue.

HONDA S2000

La Honda S2000 n’est probablement pas la première voiture qui vient à l’esprit quand on pense aux courses de dragster, mais dans le monde de « The Fast and the Furious », c’est apparemment un choix de choix. Johnny Tran (Rick Yune) conduit une S2000 avec une estimation de « cent mille dollars sous le capot » à Race Wars, où il gagne grâce à un tir stratégique au nitreux. Dans le deuxième film, Suki (Devon Aoki) saute d’un pont-levis sur une S2000 rose vif et atterrit avec peu de dommages cosmétiques.

TOYOTA SUPRA MARK IV

La Supra a été l’une des voitures vedettes du premier film, sauvée par O’Conner d’une casse et ramenée à la vie dans le garage de Toretto. Bien qu’il ne s’agisse pas d’un modèle biturbo (révélé à l’ouverture du capot), l’équipage est impressionné par la découverte de O’Conner. C’est à ce moment que l’une des lignes les plus citées du film est prononcée : « Vous savez quoi ? Ça va tout décimer, après que tu y aies mis 15 000 $ ou plus. S’il le faut, des pièces du Japon pour la nuit. » O’Conner et Toretto courent et battent une Ferrari F355 Spider dont on leur dit qu’elle est « plus que ce qu’ils peuvent se permettre, mon pote. »

MAZDA RX-7 FD

La Mazda RX-7 de la génération FD apparaît plusieurs fois dans la série. Dans le premier film, c’est la voiture que Toretto utilise pour gagner la course de O’Conner. Dans « 2 Fast 2 Furious », un FD RX-7 participe à la première course de rue à quatre. Puis dans « The Fast and the Furious : Tokyo Drift », Han (Sung Kang) conduit une RX-7 avec un kit large VeilSide personnalisé — l’une des voitures les plus mémorables de ce film. Il n’y a pas si longtemps, Motor Trend a eu l’occasion de conduire un RX-7 Spirit R. Grâce au moteur séquentiel biturbo du FD et à une répartition du poids proche de 50/50, nous pouvons comprendre pourquoi la voiture de sport à moteur rotatif serait un choix de choix pour les amateurs de courses de rue illégales.

RB-SWAPPED 1967 FORD MUSTANG

Dans les dernières scènes de « The Fast and the Furious : Tokyo Drift », Sean Boswell (Lucas Black) conduit une Ford Mustang 1967 appartenant à son père.  La particularité est que ce poney a besoin d’un nouveau moteur, et étant donné que le film se déroule au Japon, le choix naturel est le twin-turbo, 2,6 litres RB26 inline-six de la Nissan Skyline GT-R.  Oubliez un instant la quantité de fabrication qu’exigerait un tel échange, et vous pouvez accepter que le moteur Nissan est le seul choix pour le nouveau cœur battant de la Mustang.  Que vous l’appeliez blasphème ou pornographie automobile, il est indéniable que cette Mustang est un modèle unique.

CHEVROLET MONTE CARLO 1971

Au début de « Tokyo Drift », Boswell conduit une Chevrolet Monte Carlo 1971. Bien qu’elle ait remporté une course contre une Dodge Viper de première génération, la Monte Carlo perd le contrôle et roule jusqu’à ce que ce ne soit plus qu’un tas de métal tordu. C’est dommage, car la voiture était très belle, même avec son capot apprêté et sa peinture en patchwork. Le Monte-Carlo d’origine était disponible avec un V8 de 454 pouces cubes à gros blocs développant 360 ch.

CHEVROLET YENKO CHEVROLET CAMARO 1969

Un des méchants de « 2 Fast 2 Furious » conduit une Camaro Yenko 69. La voiture musclée est gagnée par Brian O’Conner après une course pour les pink slips, et elle est utilisée dans la seconde partie du film pour échapper aux flics et sauter sur un bateau. La voiture utilisée dans le film était une réplique, ce qui est bon compte tenu de Camaros authentique préparé par le célèbre concessionnaire Yenko Chevrolet sont parmi les voitures de collection les plus recherchés dans tout l’autodom.

BUICK GNX 1987

Dominic Toretto choisit inexplicablement une Buick GNX 1987 ultra rare pour un vol de camion-citerne dans le quatrième film. Basé sur le Grand National, le GNX était le dernier des turbo Buicks et était équipé en série d’un V6 turbocompressé de 3,8 litres développant 245 ch et 355 lb-pi de couple. Toutefois, de nombreux rapports de l’époque donnent à penser que ces chiffres étaient sous-estimés. Un peu plus de 1000 coupés GNX ont été fabriqués. Bien qu’aucun GNX n’ait été blessé lors de la réalisation de « Fast & Furious », sept Grand Nationals déguisés en GNX ont été sacrifiés.

FORD ESCORT RS1600 MK 1 1970

Ce classique du rallye était le bienvenu dans « Fast & Furious 6 ». La Ford Escort originale du marché européen a été une force avec laquelle il fallait compter de la fin des années 60 jusqu’au milieu des années 70, en particulier dans les modèles RS1600 et RS2000. La voiture utilisée dans le film, conduite par Brian O’Conner, est une Ford Escort RS1600 de 1970. La voiture originale était propulsée par un moteur Cosworth BDA quatre cylindres Cosworth BDA de 1,6 litre, à 16 soupapes et à deux arbres à cames, développant environ 113 ch. Ce n’est peut-être pas grand-chose, mais considérez que l’escorte pèse moins de 2 000 livres. Le petit mais puissant coupé fait face à un réservoir dans le sixième film.

F-BOMBES CHEVROLET CAMARO

David Freiburger, animateur de Roadkill, a construit la Camaro F-Bomb 1973 à titre expérimental pour voir jusqu’où on pouvait aller avec une voiture tout en conservant son statut légal. C’est ainsi qu’est née la bête bi-turbo de 1 500 chevaux à la finition olive et ternie que Justin Lin, le réalisateur de « Fast & Furious », a dû intégrer dans son film. Dominic Toretto conduit une réplique de la bombe F vers la fin du film et l’utilise pour percuter le méchant dans l’une des scènes finales.

RAMP CAR

Ressemblant davantage à quelque chose de l’univers « Mad Max », la voiture rampe a été spécialement conçue pour retourner d’autres véhicules, et son profil bas et son extrémité avant en forme de coin le rendent parfaitement adapté à ce travail. La voiture est construite sur mesure, bien qu’elle ressemble à une voiture de course à roues ouvertes. Malgré son allure de Formule 1, le véhicule est propulsé par un moteur V8 à biellette et une transmission automatique à trois rapports.

CORVETTE GRAND SPORT

Cette beauté est présentée dans le cinquième épisode de la série. Le Grand Sport est conduit d’un train à grande vitesse avant de tomber d’une falaise et d’être jeté dans une fosse aquatique. Heureusement, la voiture qui rencontre son destin dans le film est une réplique, car seule une poignée de voitures originales existent aujourd’hui. La Corvette Grand Sport était une homologation spéciale construite pour que Chevrolet puisse prendre la Vette plus légère et plus puissante dans les années 1960. Réplique ou non, la voiture utilisée dans le film est superbe.

FORD GT40

Une autre voiture ultra-rare du cinquième vol de train du film est la Ford GT40, qui joue un rôle beaucoup plus important dans le film que la Corvette. La Ford GT40 est équipée d’un système de navigation qui a stocké tous les endroits où le méchant cache ses richesses mal acquises. La voiture est une réplique d’une Ford GT40 de route, une voiture de sport qui a été produite en quantités très limitées afin de rendre la voiture de course GT40 éligible pour la compétition. Cette voiture a dominé les courses de voitures de sport du milieu à la fin des années 60, remportant les 24 Heures du Mans quatre fois de suite entre 1966 et 1969.

JENSEN INTERCEPTOR

Dans le sixième film, Letty Ortiz (Michelle Rodriguez) conduit un Jensen Interceptor gris mat. Le petit constructeur automobile britannique Jensen Motors a construit l’Interceptor entre 1966 et 1976. Bien que vous puissiez vous attendre à ce que l’Interceptor soit propulsé par un six en ligne britannique, sous le capot se trouve une Chrysler V8 de 383 ou 440 pouces cubes. La voiture dans le film est opposée à une Dodge Charger Daytona dans une course dans les rues de Londres.

DODGE CHARGER DAYTONA 1969

Au fur et à mesure que les suites progressent, les voitures deviennent de plus en plus rares et exotiques. La Charger Daytona est certainement là-haut en termes de rareté. Légende de la NASCAR, la Charger Daytona et son jumeau, le Plymouth Superbird, se distinguent par leur « nez de cône » allongé et leur immense aile montée sur le couvercle de pont. La voiture vue dans le film est en fait une Charger 68 habillée pour ressembler à une Daytona.

NISSAN SKYLINE 2000 GT-R 1971

Dans « Fast Five », Brian O’Conner achète une Nissan Skyline 2000 GT-R 1971, la première voiture à porter l’insigne historique de la GT-R. La KPGC10 GT-R était équipée d’une double came de 2,0 litres en ligne à six cylindres et a connu du succès en course au début des années 70. Contrairement aux versions ultérieures de Godzilla, la première GT-R était à propulsion arrière. La voiture n’est utilisée que dans quelques scènes, mais elle n’en est pas moins très appréciée.

CHEVROLET CHEVELLE SS 1970

Bien que la franchise « The Fast and the Furious » se soit d’abord concentrée sur la scène de l’importation, de nombreux sous-ensembles de la culture automobile ont été inclus au fil des ans. Le coffret de voitures musclées était bien représenté dans le quatrième film, et la Chevelle SS de 1970 en était un excellent exemple. La voiture est conduite par Dominic Toretto, qui l’utilise contre une BMW M5 à châssis E39 avant de l’autodétruire pour tenter d’éliminer le méchant.