Apprendre à conduire : les différentes manœuvres à savoir exécuter le jour du permis

apprendre à conduire

Obtenir son permis de conduire, c’est l’un des rêves de tous les adolescents. Mais ce n’est pas une autorisation donnée gratuitement étant donné qu’il faut passer par de nombreuses étapes avant de l’avoir en poche et d’être libre de conduire sa propre voiture. Vous devez passer par un test théorique ainsi qu’un examen pratique.

Lors de ce dernier, pratiquer deux manœuvres est obligatoire : un arrêt de précision et une autre manœuvre parmi les 9 existants. On distingue généralement 3 catégories de manœuvres : marche arrière, stationnement et demi-tour, outre l’arrête de précision.

L’importance de l’arrêt de précision

Cette manœuvre permet d’évaluer la capacité du candidat à freiner avec précision en y procédant progressivement. C’est l’inspecteur qui décide de l’arrêt ou il s’agit tout simplement d’un arrêt présent dans la signalisation routière comme le feu rouge. Il appartient donc au candidat d’assurer ce type de manœuvre de manière à ce que sa sécurité ainsi que celle du passager soit assurée.

Il faut éviter de s’arrêter brusquement, faire en sorte que la portière avant droite du véhicule se positionne sur l’arrêt indiqué. Bien que l’arrêt de précision n’est pas forcément indiqué par l’inspecteur au long du test, il faut toujours garder en tête qu’il est évalué quel que soit la forme qu’il prend, surtout qu’il peut s’intégrer dans d’autres types de manœuvres.

La marche arrière

Généralement, un examen de conduite comprend toujours une manœuvre pour la marche arrière. On distingue deux types de marche arrière. Le premier consiste à reculer en ligne droite, c’est d’ailleurs le plus simple des deux. La personne au volant doit avoir les yeux ouverts sur tout son entourage avec clignotant activé pour s’assurer de ne pas heurter une personne ou bien un poteau, un panneau, ou une maison, bref des éléments existants dans les rues.

La vue doit toujours être directe et alignée et ne surtout pas oublier de lever le frein à main et de vérifier que la boîte de vitesse est bien en point mort à son achèvement. Les mêmes éléments seront évalués dans une marche arrière en courbe, mais cette fois-ci, la capacité de manier le volant avec délicatesse entre aussi dans les critères. Il est surtout important de savoir utiliser son rétroviseur aligné à la courbe pour plus de rapprochement.

Le demi-tour en trois temps

Le but de la réalisation de cette manœuvre c’est de voir la capacité du candidat de faire un demi-tour dans un endroit assez étroit. L’attente de l’inspecteur est que le candidat arrive à retourner le véhicule à 180 ° en une seule fois. Certes, c’est l’idéal, mais vous pouvez le faire jusqu’à 5 fois et même plus si vous n’y arrivez pas, ne le forcez surtout pas.

Votre capacité à manipuler les volants pour tourner les roues dans les bons sens tout en faisant attention à votre environnement ainsi que l’utilisation du clignotant approprié au début et à la fin de la manœuvre sera à mettre en avant dans cette catégorie.

Le stationnement ou rangement

C’est la catégorie qui comporte le plus de manœuvres. On distingue le créneau, le stationnement en épi, en bataille et en résumé. faire un créneau en voiture est généralement le plus craignant pour un débutant dans la conduite, mais qui peut être bien réussi en étant minutieux et méthodique. Il s’agit en effet de se garer entre deux véhicules qui se positionnent parallèlement.

Par contre, le rangement en épi se réalise dans un stationnement avec un axe diagonal vis-à-vis de la chaussée qui peut s’incliner en 45 °, 60 ° ou 75 °. Vous devez ainsi vous assurer que vous êtes garé dans un emplacement qui ne fait pas d’ombre à un autre aussi bien à l’avant qu’à l’arrière lors de votre manœuvre. Pour ce qui est du rangement en bataille, l’axe est perpendiculaire au chaussé, le rangement doit se faire en marche arrière tout en respectant les espaces dédiés. Le rangement en résumé c’est ce qui clôture les manœuvres de stationnement.