Comment conduire une moto en 10 étapes simples ?

conduire une moto

L’apprentissage de la conduite de base d’une moto est similaire à l’apprentissage de la conduite. Les deux peuvent être un peu intimidantes au début. Mais si vous abordez la conduite d’une moto avec soin et prudence, vous pouvez rendre le processus d’apprentissage moins intimidant.

Une fois que vous avez choisi le type de moto que vous voulez conduire, que vous avez acheté l’équipement de sécurité adéquat, y compris un casque bien ajusté, et que vous vous êtes occupé des permis et des assurances, vous êtes presque prêt à conduire. Bien que rien ne remplace un cours de la Fondation pour la sécurité des motocyclistes, ces 10 conseils vous aideront à renforcer ce que vous apprenez.

Avant de commencer

Assurez-vous d’effectuer une inspection complète de votre moto avant de prendre la route. Laissez-vous guider par l’acronyme de la Fondation pour la sécurité des motocyclistes pour leur liste de vérification, T-CLOCS. Vous voulez vous assurer que les éléments suivants sont en bon état de fonctionnement, et pas seulement la première fois que vous prenez la route, mais à chaque fois que vous allez faire un tour.

  • T : Pneus et roues
  • C : Commandes, y compris les leviers, la pédale, les câbles, les tuyaux et l’accélérateur.
  • L : Phares, y compris la batterie, les phares, les clignotants, les rétroviseurs, etc.
  • : Niveaux de liquide d’huile
  • C : Châssis, y compris le cadre, la suspension, la chaîne, etc.
  • S : Pieds, y compris le pied central et/ou la béquille

 

Équipement de sécurité

Même à des vitesses de stationnement, il est facile de se gratter sérieusement en cas d’accident de moto. Assurez-vous d’être protégé en portant autant d’équipement de sécurité que possible, y compris des gants, des vêtements blindés et des bottes. Même si vous ne vivez pas dans l’un des États qui exigent que certains ou tous les motocyclistes portent un casque, c’est toujours une bonne idée d’en porter un. Une fois habillé pour le rôle, vous êtes prêt à monter sur le vélo.

Montage de la moto

Selon votre taille, le montage d’une moto peut être gênant les premières fois que vous le faites. Avec un peu de pratique, ce sera bientôt une seconde nature. Tenez-vous sur le côté gauche de votre vélo avec vos genoux légèrement fléchis et votre poids centré sur vos jambes. Tendez la main droite et saisissez la poignée droite avec votre main droite, puis placez votre main gauche sur la poignée gauche de façon à vous pencher légèrement vers l’avant du vélo.

Pour monter le vélo, déplacez votre poids sur votre jambe gauche, puis poussez votre jambe droite vers l’arrière, puis vers le haut et au-dessus du vélo. Faites attention de lever la jambe haute, sinon elle pourrait se coincer avant d’atteindre l’autre côté de la moto. Une fois que vous êtes à cheval sur le vélo, asseyez-vous et familiarisez-vous avec les commandes de la moto. Notez la position des repose-pieds et l’emplacement des clignotants, du klaxon et des feux. N’oubliez pas de vous assurer que vos rétroviseurs sont bien réglés – vous en aurez besoin pendant que vous roulez.

Accélérateur et freins

Lorsque vous conduisez une moto, votre main droite est responsable de deux fonctions cruciales : l’accélération et le freinage. En tournant la poignée vers vous (de façon à ce que votre poignet descende), vous appuyez sur l’accélérateur. Une petite vrille fait beaucoup de chemin, alors soyez délicat avec ce contrôle, car le fait de faire tourner le moteur peut entraîner de l’instabilité ou faire sortir la roue avant de la chaussée.

Votre main droite contrôle également les freins avant, dont le levier est situé devant l’accélérateur, un peu comme sur une bicyclette. Ici aussi, la douceur est cruciale. Tirez trop fort sur le levier de frein et les freins avant peuvent se bloquer, ce qui fait déraper la moto et même l’écraser. Bien que la plupart des leviers de frein ne nécessitent que deux doigts pour fonctionner, certains exigent que vous utilisiez toute votre main. Votre pied droit, pendant ce temps, contrôle le frein arrière.

Quel est le meilleur frein à utiliser ? Les experts en sécurité disent que, dans la plupart des situations, serrer doucement le frein arrière d’abord, puis desserrer et serrer lentement le frein avant est le moyen le plus efficace de s’arrêter. Mais freiner en toute sécurité dépend aussi du type de vélo que vous conduisez. Si vous êtes sur une moto sport, vous pourrez peut-être vous en tirer en utilisant simplement votre frein avant la plupart du temps. Si vous êtes sur une cruiser lourde, vous dépendrez davantage de votre frein arrière.

Embrayage

L’embrayage est le levier juste devant la poignée gauche. La plupart des motos sportives ne nécessitent qu’un fonctionnement à deux doigts. Les motos de tourisme, de croisière et autres nécessitent souvent toute la main pour saisir le levier. L’embrayage d’une motocyclette fait la même chose que celui d’une voiture : il engage et désengage la transmission et le moteur. Lorsque vous serrez le levier d’embrayage, vous mettez effectivement la moto au point mort (même si le levier de vitesses est en position de marche). Quand vous lâchez prise, vous engagez le moteur et la transmission. Entraînez-vous à tirer lentement sur l’embrayage avec votre main gauche. Imaginez que c’est un cadran avec une gamme de puissance, plutôt qu’un interrupteur à bascule marche/arrêt, et vous serez en mesure d’engager les vitesses plus en douceur.

Changement de vitesse

Les motocyclettes se déplacent différemment des voitures. Dans le même principe, les changements de vitesses sont effectués en déplaçant un levier vers le haut ou vers le bas avec le pied gauche. Voici un schéma de changement de quart typique, appelé « un vers le bas, cinq vers le haut », qui ressemble à ceci :

  • Sixième rapport (le cas échéant)
  • Cinquième rapport
  • Quatrième rapport
  • Troisième rapport
  • Deuxième rapport
  • Neutre
  • Première vitesse

Trouver la neutralité avec le pied gauche prend un peu de temps pour s’y habituer. Entraînez-vous en cliquant sur le levier de vitesses d’avant en arrière ; recherchez un « N » vert qui s’allume sur les jauges. Bien que certaines motocyclettes puissent être déplacées sans utiliser l’embrayage, prenez l’habitude d’utiliser l’embrayage chaque fois que vous changez de vitesse.

Comme pour la boîte de vitesses manuelle d’une voiture, commencez par désengager l’embrayage, puis passez les vitesses et réengagez lentement l’embrayage. Le fait d’appuyer sur l’accélérateur avec l’embrayage ajoute de la douceur au processus de changement de vitesse. Veillez à ne pas dépasser le régime de chaque rapport et à passer les rapports avant que le moteur ne commence à travailler trop fort.

Démarrage de la moto

À moins que vous ne possédiez une motocyclette d’époque, votre vélo est équipé d’un allumage électronique qui rend le démarrage du moteur aussi facile que celui d’une voiture. Votre vélo ne démarrera pas à moins que l’interrupteur d’arrêt ne soit en position « On », alors baissez-le avant de tourner la clé (l’interrupteur d’arrêt est généralement un interrupteur à bascule rouge actionné par le pouce droit). Tournez ensuite la clé sur la position « Allumage », qui se trouve généralement à droite.

Assurez-vous d’être au point mort, puis utilisez votre pouce droit pour appuyer sur le bouton de démarrage, qui est généralement situé sous l’interrupteur d’arrêt et marqué par le logo d’une flèche circulaire entourant un paratonnerre. De nombreux vélos exigent que vous débrayiez l’embrayage lorsque vous démarrez le moteur. Il s’agit simplement d’une précaution pour éviter que la moto ne s’incline accidentellement vers l’avant parce qu’elle est en marche.

Lorsque vous maintenez le bouton de démarrage enfoncé, le moteur tourne et commence à tourner au ralenti. Les motos à carburateur peuvent avoir besoin d’une légère torsion de l’accélérateur lorsque le moteur tourne pour faire entrer le carburant dans les cylindres. Les motos à injection n’en ont pas besoin.

Réchauffement du moteur

La pratique du réchauffement des moteurs d’automobiles est devenue largement obsolète, mais le réchauffement d’un moteur de motocyclette est toujours un élément crucial du rituel de conduite, en particulier lorsqu’une moto est carburée. De cette façon, vous vous assurez que le moteur fournira une puissance régulière et régulière lorsque vous commencez à rouler. Vous devriez laisser tourner le moteur au ralenti pendant 45 secondes à plusieurs minutes, selon des facteurs tels que la température ambiante, la cylindrée du moteur et la capacité d’huile. Utilisez la jauge de température comme guide général et évitez de faire tourner le moteur.

La béquille ou béquille centrale

La plupart des vélos modernes s’arrêtent automatiquement si la béquille est encore abaissée lorsque le vélo est mis en marche. Si votre vélo n’est pas équipé de cette fonction, assurez-vous de rétracter la béquille en la relevant littéralement avec le pied gauche et en la laissant se glisser sous la partie inférieure du vélo. Ne pas le faire peut constituer un grave danger pour la sécurité.

Les béquilles centrales, montées sous la moto, exigent que la moto soit basculée vers l’avant. Tenez-vous à gauche du vélo, placez votre main gauche sur la poignée gauche et redressez le pneu avant. Placez votre pied droit sur la soie de la béquille centrale pour vous assurer qu’elle est au ras du sol, puis poussez doucement votre vélo en avant. Le support central devrait alors cliquer et sauter vers le haut.

Conduite et direction

Maintenant que vous avez passé en revue toutes les étapes de la conduite d’une moto, il est temps de prendre la route. Tirez le levier d’embrayage, appuyez sur le levier de vitesses jusqu’à la première vitesse, relâchez lentement l’embrayage et tournez doucement la manette des gaz. Au fur et à mesure que la moto prend de l’élan vers l’avant, mettez vos pieds sur les chevilles.

Bien sûr, vous ne roulerez pas en ligne droite. Vous devrez savoir comment diriger votre moto. Tout comme une bicyclette, une motocyclette est tournée par la direction à contre-courant lorsque vous atteignez environ 10 km/h, et non en tournant le guidon de gauche à droite. La contre-direction consiste à pousser la poignée sur le côté que l’on veut tourner. Si vous voulez tourner à droite, vous devrez vous pencher légèrement vers la droite tout en repoussant la poignée droite. Le virage est en fait plus facile à faire qu’à décrire, alors faites confiance à votre instinct lorsque vous montez à vélo.

La clé est de manœuvrer votre moto avec un toucher doux et une entrée graduelle. Cela vous rendra non seulement plus sûr, mais aussi plus gracieux et plus facile à conduire. N’oubliez pas de commencer lentement. Apprendre à conduire une moto avec habileté demande du temps et de la pratique.